Quelques métiers de la branche alimentaire

Boulanger

Des boulangers, des bouchers, des charcutiers et des pâtissiers, nous en croisons tous les jours. Nous avons même nos habitudes chez quelques uns d’entre eux.

Mais que savons-nous réellement des métiers de ces artisans qui font partie de notre quotidien ?

Le boulanger

Avec la diffusion de la deuxième édition de la Meilleure Boulangerie de France actuellement sur M6, je saisis cette opportunité pour faire un clin d’œil à ces professionnels du pain et de la viennoiserie. Eh bien oui, je ne sais pas vous, mais moi, je ne peux tout simplement pas me passer de mon boulanger.

J’y achète régulièrement, voire même chaque midi, ma baguette. Au fil des années, nous avons fini ainsi par tisser des liens conviviaux et amicaux. Et en observant cet artisan à l’œuvre, je m’aperçois alors qu’être boulanger n’est pas une profession de tout repos.

En effet, pour satisfaire les besoins d’une clientèle très exigeante et habituée à des produits de qualité, le boulanger a une longue journée de travail, très chargée. Et en plus de fabriquer des pains de campagne, des ficelles et autres, il faut aussi se charger de la vente.

Pour résumer, un bon boulanger doit à la fois être un excellent artisan et un très bon commerçant. Ceci étant, le bouche à oreille fonctionne ttrès bien et s’il fait des bons produits, cela se saura et les clients afflueront. Pour épouser cette profession, un CAP boulanger est nécessaire.

L’écailler

Voici une profession encore inconnue de nombreux d’entre nous. D’où mon intérêt pour cet artisan. Rien de surprenant puisque dans la majorité des cas, cette fonction est assurée par un poissonnier. D’ailleurs, certaines personnes pensent que le travail d’un écailler consiste à enlever les écailles des poissons vendus dans les grandes surfaces et les poissonneries. C’est pourquoi il y a autant de confusion. Pourtant, ce mot découle directement de l’écaille, l’ancienne appellation des huîtres.

Ainsi, les écaillers et écailleuses sont les personnes s’occupant de l’ouverture des huîtres, ainsi que toutes sortes de coquillages avant de les proposer à la consommation ou à la vente. Par ailleurs, ce professionnel s’occupera également de l’approvisionnement chez les ostréiculteurs. Et selon les situations, cet artisan de bouche peut travailler dans un établissement se spécialisant dans les fruits de mer, ou disposer de son propre étal.

Le chocolatier

Chocolatier

Mais voilà, comme mon plus gros péché mignon est le chocolat, le plus beau métier d’artisan pour moi reste le chocolatier. Cet engouement s’est beaucoup accru depuis quelques années, sans doute faut-il y voir un lien avec le fait que les chocolats vendus dans les grandes surfaces ne contiennent souvent qu’un très faible pourcentage de cacao.

Et cela sans parler des autres ingrédients aux provenances inconnues entrant dans leur composition. De ce fait, depuis quelques années je ne m’approvisionne plus que chez mon chocolatier habituel.

A la différence des chocolats produits industriellement, cet artisan s’occupe manuellement de la fabrication de ses confiseries. Cacao, sucre, lait, amande ou raisin secs… Les matières premières sont sélectionnées avec soins. Et avec son savoir-faire associé à sa créativité, l’artisan met au point sa propre recette.

D’où ce goût et cette saveur unique propre à chaque chocolatier. Si vous envisagez d’exercer ce métier un jour, la première étape est l’obtention de votre diplôme de chocolatier-confiseur. On devient aussi chocolatier "de père en fils" mais avec un diplôme, c’est mieux !

Écrit par Didier le dans Artisanat

Laisser un commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : ycpeib83bv